VIRON BEAIJOLAIS

  • Par JBBROCARD
  • Le 30/09/2018
  • Commentaires (2)

ROUTE - VIRON DANS LE BEAUJOLAIS du samedi 29 septembre 1018

C'est une journée qui commence bien ; le départ est prévu à neuf heures ; il est huit heures cinquante quand notre groupe quitte Arnas , direction l'auberge du Col de Truges .
Moins d'un kilomètre parcouru et au sein du peloton on évoque déjà le coq au vin .
Marc Bigot , Claude Bourgeois , Jean-Benoît Brocard , Claude Defournel , Alain Lepy , Alain Ravet , Michel Remuet et Henri Vignes sont au rendez-vous , ainsi que Serge , invité et ami de Michel , qui est le seul non-retraité du groupe ( nous sommes samedi ! )
La température est ,à l'inverse de l'ambiance , fraîche mais le ciel indique que ce sera une belle journée .
Le dieu Garmin fait effectuer des demi-tours intempestifs , emprunter quelques raidards , visiter le charmant village de Salles-Arbuissonnas .
Puis les choses sérieuses commencent à partir du Perréon et son lieu-dit la Creuse ; le col de la Croix-Rosier ( 721 m ) .
Certains sportifs prennent de la hauteur et font en aller-retour , pour gagner de l'altitude , le col de la Croix-Montmain ( 737 m ) .
Au col de la Croix-Marchampt le groupe se scinde ; les cyclos ( JBB , Alain L , Henri et Claude D. ) savourent la descente dans un paysage de vallons et de vignes : Marchampt , Quincié , Beaujeu .
Les sportifs vont quant à eux déguster deux méchants raidards ( comme les aime notre ami Hervé dont l'absence excusée est regrettée ) pour rejoindre le Col de la Casse Froide .
Puis tout le monde se rejoint au col de Truges après une ascension douce et délicieuse au milieu des vignes qui nous font passer du cru Régnié au cru Morgon .
Michel a du savoir-vivre ; c'est sa fête alors il offre le " communard " ; les moveurs prennent la vie du bon côté et s'offrent un fameux coq au vin , arrosé de morgon qui cependant ne coule pas à flot car les moveurs savent raison garder .
Salut à un groupe de cyclos bon-vivants de Lons-le-Saunier , pour se souvenir de la récente virade jurassienne .
Au sortir de l'auberge un remarquable mouvement de communion s'effectue ; le bien-être , la sympathie , le temps automnal , la quiétude de l'instant , la beauté des lieux poussent les cyclistes jusqu'au col de Durbize , rallongeant quelque peu le parcours prévu .
Retour tranquille à Arnas par les petites routes qui après les vendanges sentent bon le Beaujolais : Villié-Morgon , Morgon , Saint-Lager , Charentay .
Finalement on en oublierait presque les stats ; entre 74 et 84 kms ; entre 1100 et 1500 de D+ .
C'est quand le prochain VIRON ?
Claude .

Commentaires (2)

movelo
  • 1. movelo | 11/10/2018
Bravo pour ce viron réussi.
Je vois que vous avez su améliorer le liquide ordinaire des gourdes....
Hervé
JBBROCARD
  • 2. JBBROCARD | 30/09/2018
Super CR de ClaudeD très circonstancié, , avec beaucoup d'anecdotes , d'humour et d'allusions .
Je ne suis que le diffuseur car , en revanche , il pratique mieux le vélo que l'informatique !
JBB
Vous devez être connecté pour poster un commentaire