ROUTE - Viron du 7 juillet

Bonjour à toutes et tous,

Pour ce viron annoncé de longue date, nous étions finalement 5 : Claude Bourgeois et Claude Defournel, Jean-Benoit Brocard, Alain Ravet et moi-même.

Pour être à pied d’œuvre à Sainte-Marie de Cuines vers 8h30, il nous a fallu nous lever tôt pour effectuer nos 2 heures de route. Une fois équipés (gourdes pleines, barres en tous genres, bananes, morceaux de chocolat, …), nous levons le camp à 8h39. Claude Bourgeois, pas bien réveillé tombe de vélo au premier coup de pédale mais pas de bobo.

Quelques km d’échauffement et nous voilà au pied des lacets de Montvernier, petite route en balcon qui monte à la verticale, à chaque lacet, on voit les coureurs dans les lacets inférieurs. Ça monte sec mais le cadre est grandiose. A la sortie, des lacets  on se dirige vers le col de Chaussy ; on ne risque pas de se perdre, tous les km nous avons une jolie borne pour nous prévenir du nombre km restants et du pourcentage de la pente pour le km suivant. Finalement on y arrive à ce col de Chaussy (1533 m) et nous n’avons fait que 15 km depuis le départ.  Pour rejoindre notre prochain objectif, nous entamons une descente de 15 km (c’était bien la peine de monter pour tout redescendre !! mais c’est ça le Graal du cycliste). Et nous voici donc au pied de ce monument, le col de la Madeleine : 15 km de montée.

Devant, il y a Alain, of course, suivi de Claude Bourgeois puis de Claude Defournel, Jean-Benoit et moi-même assurons le gruppetto  à notre rythme, et de temps en temps, le compteur descend en-dessous de 6 km/h, autant dire que çà n’avance pas fort vite. A ce train-là, la montée dure environ 2 heures 30 de montée. Après la traversée de Saint-François Longchamp, il nous reste encore 4 km de montée. Et enfin la délivrance, mission accomplie, objectifs atteints : nous sommes au col de la Madeleine (2000 m). Nous n’avons que ¾ d’heure de retard par rapport à Alain !!!

On se retrouve quand même pour la pause casse-croute dans l’auberge du col pour recharger les batteries. Après ce repos mérité, il faut penser à redescendre, la météo est en train de changer et le vent monte. A Saint-François, Claude Defournel essaie en vain de nous faire prendre une petite route de l’autre côté de la vallée mais devant le risque de trouver des gravillons sur une petite route très pentue, nous préférons reprendre la route initialement prévue.  Beaucoup de vent dans la descente, il faut rester sur ses gardes et en arrivant dans la vallée, nous sommes surpris par la chaleur et le vent chaud.

Finalement, après avoir retrouvé nos véhicules, nous reprenons la route du retour .

Bilan : 67 km ; 2250 m D+

Un grand merci à mes compagnons de route pour cette belle journée de vélo.

Hervé

Quelques photos de notre épopée

20180707 110943

 

20180707 141446 2

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire